Flash news
logo
Panneau-publicitaire

Rhume, toux sèche : D’où vient ce mal qui ronge les citoyens de Conakry?

2022-01-06 08:43:22

CONAKRY-Alors que la covid-19 peine à être endiguée en Guinée, une autre pathologie respiratoire très virulente sévit en ce moment à Conakry. De nombreux citoyens se plaignent de Rhume accompagné de toux sèche. S’agit-il de la grippe saisonnière provoquée par l’effet de l’Harmattan ou bien de l’apparition du nouveau variant omicron ? Reportage.

Boubacar Barry habite à Wanindara dans la commune de Ratoma. Lui et deux de ses enfants, tous ont été attaqués par un foudroyant Rhume. M. Barry qui affirme avoir pris ses deux doses de vaccin contre la covid-19, n’arrive pas à expliquer l’origine de son mal.

" Il y a de cela deux semaines lorsque l'atmosphère a commencé à être poussiéreuse, j'ai attrapé la maladie. Au début, j'ai cru que c’est l’effet de la conduite de la moto, mais le mal a persisté. Je souffrais, tout mon corps me faisait mal. Mes deux enfants aussi ont été contaminés.  Eux, je les ai toute de suite envoyés dans un centre de santé pour leur traitement. Les deux vont mieux", explique ce père de famille.

M. Barry raconte que pour sa part, le mal persiste. "Moi, j'ai toujours le rhume. Si la fatigue générale dont je souffrais au début s'est améliorée, le rhume reste toujours actif dans mon corps même si je tousse moins. Mais au début, je passais toute la nuit à tousser », dit-il, expliquant qu’il ne s’est pas rendu à l'hôpital pour son traitement et hésite à faire un test Covid.

« J'ai choisi de prendre des médicaments contre le Rhume pour pouvoir me faire soigner. Je ne me suis pas dépisté parce que j'avais pris les deux doses de vaccin contre le covid-19", témoigne Boubacar Barry. 

Cette allergie respiratoire est bien observée chez certains professionnels de la santé. Toutefois, ces spécialistes sont dans l’incertitude et n’arrivent pas à trancher sur l’origine de cette grippe qui envahit la capitale.

Dr Mamadou Saidou Saalah Bah, enseignant-chercheur à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, département d’odontologie à la faculté des sciences et techniques de la santé estime que cela peut être dû à plusieurs facteurs. Il cite entre autres :

-La période de l'harmatan qui est une période propice pour les syndromes grippaux en général ;

-Le manque d'hygiène et surtout l'état poussiéreux de l’atmosphère dans la capitale,

-Le contexte de la pandémie mondiale liée la Covid-19.

L’universitaire précise cependant que seule une consultation avec un diagnostic précis peut réellement édifier les gens sur la cause de ce phénomène. Dr Bah soutient que l'abandon des gestes barrières par les citoyens, le manque de durcissement de ton par les autorités quant au respect des mesures sanitaires ont contribué à la flambée de cette autre maladie jumelle de la covid-19. 

"Aucune mesure préventive n'est observée alors que les différents variants de la covid-19 font fureurs un peu partout y compris chez nous. Les symptômes étant proches de ceux de la grippe avec de la toux, de la fatigue...il est aisé de penser qu'avec tous ces facteurs il y a une accumulation et une augmentation des cas de covid-19", déclare Dr Mamadou Saidou Saalah Bah.

Cette situation a-t-elle favorisé la flambée de cas de covid-19 avec le variant Omicron ? Aucune étude n'a permis de tirer cette conclusion précise un responsable de l'agence nationale de la sécurité sanitaire. 

" La période d'harmattan est une période propice pour la grippe saisonnière. Cette hausse de cas de COVID-19 intervient dans un contexte de circulation du variant Omicron qui est très contagieux. Le variant Omicron est présentement le variant dominant en circulation en Guinée. Sa contagiosité est 70 fois plus élevée que le variant Delta. Si cette période a favorisé la flambée de la covid-19, je n'en sais rien ! La COVID-19 est une maladie grippale et l’harmattan est une période propice pour la grippe", a nuancé Dr Sory Condé, chargé d'études au département surveillance à l'agence nationale de la sécurité sanitaire. 

Pour se protéger face à toutes ces maladies, le seul conseil qui prévaut dans ce contexte de covid-19, c'est d'appliquer à la lettre les gestes barrières, se protéger, protéger son entourage et prendre les vaccins préconisés par les autorités.

" Au moindre signe révélateur d'une quelconque grippe, le mieux c'est d'aller se faire dépister pour connaître réellement son statut. Les autorités doivent renforcer les mesures d'urgence, insister sur le respect des gestes barrières de la part des citoyens et faciliter les conditions de prise en charge des malades", recommande Dr Mamadou Saidou Saalah Bah.

Reportage réalisé par Siddy Koundara Diallo

Tel: (00224) 655 311 114



Partagez à vos amis

Laissez moi votre avis. Merci!